Maximilien, hélas

Chers amis,

Triste, très triste nouvelle ce dimanche matin. Maximilien est décédé dans la nuit, au CHUV de Lausanne, apparemment d’une hémorragie interne. Je n’en sais pas plus pour l’instant mais je vous donnerai d’autres précisions dès que possible.

IMG_0048 MBRU Portrait jeune w

Mon précédent message, encourageant, ne laissait pas prévoir cette issue. Tous ses proches déjà informés (Peter, André, Jean-Claude, Claudine…) sont sous le coup de l’émotion, de l’incompréhension, de l’incrédulité.

André et moi avons parlé, voilà quelques heures, avec son frère Peter, au Pérou. Il est trop tôt pour envisager la date et le lieu de ses funérailles, sans doute dans son village natal d’Entlebuch. Maximilien ayant souhaité être incinéré, ce premier vœu sera sans doute exaucé ces tout prochains jours. Vous en serez prévenus dès que possible. La cérémonie officielle pourra ainsi se dérouler plus tard, sans doute au mois de septembre, afin de permettre à Peter – et aux amis résidant loin de Suisse – d’être présents.

Nous avons tous perdu aujourd’hui un ami qui nous était particulièrement cher. Le travail de numérisation et de publication que nous avions entrepris depuis des mois – et qui sera poursuivi, j’espère – m’avait rapproché un peu plus encore de ce frère en amitié, discret, profond, volontaire, chaleureux et complice.

C’est André Dutoit qui, selon le souhait de Maximilien, sera son exécuteur testamentaire. Il est trop tôt pour parler de cela mais, dès maintenant, je forme le vœu que nous puissions, tous ensemble, accompagner Maximilien dans son nouvel horizon et faire en sorte que son œuvre, loin de disparaître des mémoires, éveille la conscience et l’imaginaire d’autres voyageurs, d’autres passionnés… et d’autres générations.

Maximilien, nous t’embrassons avec la passion, la tendresse, la confiance et l’humanité que tu nous as fait partager pendant de si belles et si longues années.

Alex Décotte

decotte@gmail.com

2 réflexions au sujet de « Maximilien, hélas »

  1. Je suis extrêmement attristé par la nouvelle si soudaine de la disparition de Maximilien. Nos contacts n’étaient plus qu’épistolaires depuis de nombreuses années, à l’occasion des vœux de fin d’année, mais j’y tenais beaucoup car Maximilien avait été pour moi un modèle par la richesse humaine qui l’habitait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.