Cécile Veuthey

Morges CecileVE@romandie.com

Veuthey C 1

Ma première rencontre avec celui que j’appelle « tonton désert » s’est déroulée à Lausanne en 1993. Mon mari organisait un voyage dans le Sahara pour une agence de voyage, Artou, qui n’existe malheureusement plus. Il avait invité Maximilien à lui faire part de ses connaissances du désert. Mon mari n’étant pas encore arrivé, j’ai eu l’honneur d’accueillir Maximilien à l’agence. Juste avant de rentrer chez moi, je lui ai demandé de bien refermer la porte derrière moi. Il m’a rétorqué : « Aucun problème, j’ai une Winchester… » A partir de ce moment, j’ai toujours voué à ce grand nomade une belle admiration et une énorme affection.
Un autre de mes souvenirs est la découverte de l’art de cuisiner de « tonton désert ». En effet, après le départ de sa femme, il n’avait que des notions très sommaires en matière de cuisine. Nous avons d’ailleurs baptisé cela « période de la cuisine expérimentale » Il s’est depuis tellement amélioré que c’est un plaisir de partager son repas. Une fois, nous avons d’ailleurs préparé ensemble un repas marocain composé de couscous et de salade d’orange à la cannelle. Enfin, il n’y a que de bons souvenirs avec « tonton désert » et j’espère qu’il y en aura encore beaucoup.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *