Photos et peintures à Yverdon

BRU EXPO YV_0011 [Largeur max. 2400 Hauteur max. 1800]

Pourquoi courir au bout du monde quand on peut exposer au coin de sa rue ? Une chose est sûre, Maximilien n’eut à parcourir qu’un petit kilomètre pour transporter ses oeuvres de son domicile jusqu’à la splendide salle de « Y-Parc », au coeur du nouveau quartier d’activités d’Yverdon. C’était à l’orée du XXIè siècle, quelques jours avant l’an 2000, en décembre 1999. Le splendide livre « Sahara / Art rupestre » Venait de sortir de presse.

BRU EXPO YV_0012 [Largeur max. 2400 Hauteur max. 1800]

Amie de longue date, c’est Armande Reymond qui avait rédigé l’envoi:

Depuis quarante ans, Maximilien Bruggmann arpente le Sahara pour y photographier les peintures et gravures rupestres qu’il traque inlassablement dans des abris et sur des rochers parfois difficiles d’accès. Cette quête le conduit à multiplier les missions en Algérie, Libye, Mauritanie, au Maroc, Mali, Niger et Tchad. De ce reportage au long cours naît le livre d’une vie. Intitulé Sahara Art rupestre, ce catalogue raisonné, dont la maquette est également signée par Maximilien Bruggmann qui est aussi graphis­te, est édité par les Editions de l’Amateur à Paris. Il compte 592 pages et 660 illus­trations en noir-blanc et couleurs, dont certaines présentent des sites et stations rupestres inédites à ce jour. Préfacé par le professeur Théodore Monod, ce livre d’art est accompagné d’un texte approfondi du professeur Henri-Jean Hugot, ethnologue et paléontologue, sur le contenu de l’art rupestre à la lumière de la préhistoire saha­rienne et sur le Sexe et le Désert. A l’occasion de la sortie de presse de cet ouvrage, et d’une séance de signature, Maximilien Bruggmann expose une quarantaine de photographies sous le titre générique Visions du Sahara. Ce carnet de route révèle des paysages, des peintures rupestres et quelques portraits recueillis lors des quatre derniers voyages du Saharien dans l’Aïr-Ténéré, au Tadrart et au Tassili n’Ajjer.

Photographe et graphiste, nourri par ces deux styles d’expression, Maximilien Bruggman trouve enfin le temps de peindre, de créer ses propres images Il expose une trentaine de peintures à l’acrylique, entraînant le spectateur dans un nouveau voyage: celui de ses émotions.Villes méditerranéennes architecturées par leur déda­le de ruelles, leurs escaliers, leurs portes ou passages s’ouvrant sur la mer, composi­tions géométriques rythmées par les couleurs et les espaces laissés en blanc, trans­position des souvenirs du voyageur à travers la représentation du dessin traditionnel ornant un tapis de selle targui… chaque peinture, qu’elle soit minutieusement exé­cutée au pinceau ou plus gestuelle car peinte à la spatule japonaise, est porteuse de sa propre histoire. Et au-delà de cette mémoire vivante, elle brille du même soleil africain qui réchauffe le coeur de Maximilien Bruggmann.               

Armande Reymond

BRU EXPO YV_0010 [Largeur max. 2400 Hauteur max. 1800]

BRU EXPO YV_0018 [Largeur max. 2400 Hauteur max. 1800]

BRU EXPO YV_0013 [Largeur max. 2400 Hauteur max. 1800]

BRU EXPO YV_0002 [Largeur max. 2400 Hauteur max. 1800]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.